L’entretien d’embauche pour les officinaux en reconversion : les pièges à éviter

Je vous retrouve aujourd’hui pour un nouveau billet sur le thème de la reconversion. Vous avez été nombreux à réagir à ce sujet et je vous en remercie. Vos retours d’expérience ainsi que vos conseils personnels sont toujours aussi enrichissants pour les officinaux en quête de reconversion.

En relisant diverses notes prises lors de d’entretiens d’embauche j’ai été frappée par le nombre d’erreurs que j’avais pu commettre et qui ont sans doute nui à ma candidature. J’ai donc pensé que répertorier ces erreurs et les pièges à éviter pourrait vous être utile et vous éviter certaines de mes déconvenues !. Voici donc quelques conseils basés uniquement sur mon expérience personnelle :

– Maîtrisez votre sujet et préparez des questions :

Je suis arrivée à un entretien pour un acteur majeur de la répartition avec beaucoup de motivation mais aucune connaissance pointue sur des notions économiques telles que le “taux de mix”, la marge exacte des grossistes, etc … Le recruteur m’a donc fourni quelques explications mais m’a fermement expliqué que j’aurais dû parfaitement maîtriser ces notions avant de me présenter.
Préparez donc votre entretien avec les répartiteurs de manière très pointue en connaissant les marges des grossistes, les conditions commerciales, etc …

Ce principe est également applicable avec les laboratoires pharmaceutiques : préparez une documentation solide sur les gammes de produits ou de services commercialisés, les codes visuels utilisés, les grandes lignes de l’histoire du laboratoire, etc …Ce travail de recherches doit vous permettre de ne pas vous faire surprendre par des questions précises sur un produit ou un service. Evidemment, il faut laisser transparaître une opinion très positive en terme d’image sur la société en question.

Par ailleurs, j’ai remarqué que les recruteurs apprécient qu’on leur pose des questions sur l’entreprise ou  qu’on leur demande des précisions sur leurs   attentes  concernant  le poste. Je  pense  que  cela  démontre  un  certain intérêt  de  la  part  du  candidat  ;  le cabinet  de  recrutement  m’avait  conseillé  de toujours  préparer  quelques  questions avant l’entretien.

– Le CV :

Attention aux imprécisions ! Le CV doit être très clair notamment dans les dates et la chronologie des expériences professionnelles. Contrairement à ce que l’on pourrait redouter, les recruteurs n’attendent pas forcément un CV long comme le bras. Dernier détail : venez toujours avec votre CV même si vous l’avez déjà communiqué par mail, par courrier ou via le cabinet de recrutement. Il faut donc toujours se présenter avec un exemplaire papier ; c’est également un reproche que l’on a pu me faire.

– Prenez des notes :

Comme vous l’avez lu, je donc arrivée à un des entretiens les mains vides, sans CV, mais aussi sans de quoi prendre des notes. Là encore le recruteur m’a fait remarqué que c’était une erreur. A la fin de l’entretien, mon interlocuteur m’a gratifiée d’un petit conseil pour la suite : “ prenez  toujours  des  notes,  cela  montre  votre  intérêt  car  on  sait que vous ne retiendrez pas tout”.

– La présentation :

Je n’évoquerai pas ici l’habituelle tenue correcte exigée pour tout entretien mais plutôt l’attitude à adopter pendant ces entretiens. On  m’a  par  exemple  reproché  de  ne  pas être assez  avenante  ou  souriante  pendant  l’entrevue  mais  aussi  sur  la  photographie choisie  pour  le  CV.  Il  ne  faut  donc  pas  hésiter  à  se  montrer  enthousiaste et démonstratif !

– Méfiez-vous de certains cabinets de recrutement :

Ce n’est que mon avis personnel et basé que sur une seule expérience : un gros cabinet de recrutement officiant entre autres dans l’industrie pharmaceutique et la répartition. Il peut  arriver  que  leurs  annonces  sur  divers  sites  web  ne  correspondent  à un poste réel et ne servent qu’à augmenter leur portefeuille de pharmaciens disponibles pour leurs clients. L’annonce mentionne souvent un CDI dans une ou plusieurs régions déterminées alors qu’en réalité il s’agit souvent d’un CDD dans n’importe quelle région.

Autrement dit si vous n’êtes pas mobiles et hyper flexibles, à mon avis, les cabinets de recrutement constituent une vraie perte de temps pour le candidat (il faut parfois se déplacer à plusieurs km pour un entretien initial avec le cabinet). Néanmoins je tenterai tout de même d’autres cabinets de recrutement et vous tiendrai informés.

– Soyez précis et donnez des exemples :

On va très certainement vous demander vos qualités, vos défauts, etc …je pense que ce n’est pas tant la réponse qui les intéresse mais plutôt la façon de construire cette réponse. Ils  attendent  en fait  des  exemples  concrets  de  ce  qui  vous  fait  dire  que vous avez telle qualité ou tel défaut. De même si vous voulez mettre  en  avant  un champ de compétences  spécifiques  que  vous  exerciez  en  officine  :  orthopédie,  conseils vétérinaires, etc,… préparez  bien votre  argumentaire.  Vous devez donner  des exemples très  précis de votre rôle et expliquer tout ce que  vous  avez  mis  en  place concrètement dans l’officine pour cette activité.

 

Voilà pour les principaux conseils que j’ai retenu pour la suite ! J’espère sincèrement que cela pourra vous aider. N’hésitez pas, comme toujours, à nous faire part de vos conseils et expériences que ce soit en commentaire ou par mail via le formulaire de contact (si vous ne souhaitez pas que votre message soit visible).

Sur ce même thème le prochain billet concernera les questions qui reviennent assez fréquemment lors de ce type d’entretien et auxquelles on peut se préparer.

A très bientôt et merci de m’avoir lue !