Les conseils du pharmacien dans la prise en charge des Nausées et vomissements chimio-induits.

Les nausées et vomissements sont malheureusement des effets secondaires bien connus des patientes sous chimiothérapie. Ils sont fréquents et peuvent être prévenus ou du moins atténués par des médicaments prescrits par l’oncologue souvent en suivant un protocole bien précis. Malgré cela, il y a toujours des petits conseils, de simples mesures hygiéno-diététiques que l’on peut donner en complément uniquement car ils ne remplaceront évidemment jamais les traitements médicamenteux. Il s’agit en fait de deux approches complémentaires. Ces conseils sont faciles à mettre en place et peuvent améliorer le confort des patientes de manière significative. Assez parlé, place aux conseils :

  • Fractionnez les principaux repas en petits repas plutôt que essayer de manger un repas copieux en une seule fois.
  • Faites des repas froids pour éviter les fortes odeurs (par exemple le simple fait de ne pas réchauffer son plat au micro-ondes permet de réduire les odeurs et les nausées qui les accompagnent).
  • Mangez toujours très lentement.
  • Consommez des boissons à son goût entre les repas : eau, infusions, jus de pomme, sodas non gazeux,…Faites-vous PLAISIR !
  • Utilisez, si besoin, une paille dans une tasse fermée pour faciliter les petites gorgées et éviter les odeurs des boissons chaudes.
  • Maintenez une position assise pendant 30 min après le repas, si ce n’est vraiment pas possible, il faut alors privilégier le côté droit en position couchée pour favoriser la vidange gastrique.

Il faut rester très vigilante car parfois  les nausées et vomissements finissent par engendrer une perte d’appétit, il faut alors immédiatement en parler avec son médecin. Ce dernier pourra en effet prescrire, s’il le juge nécessaire, des compléments alimentaires. Il en existe dans des goûts et des consistances très variés qui rendent ces boissons, soupes ou crèmes, finalement agréables à prendre. On peut aussi conseiller toujours en complément de ce traitement :

  • Toujours veiller à bien s’hydrater et donc à boire suffisamment. C’est capital.
  • N’hésitez pas à enrichir votre alimentation en privilégiant les aliments à haute densité calorique : pain, pommes de terre, riz,…
  • Suivez à la lettre tous les conseils nutritionnels du médecin ainsi que la prescription qu’il a élaboré pour vous.

Comme toujours je rappelle que ces conseils ne se substituent en rien à ceux donnés par votre médecin traitant, votre oncologue, votre pharmacien,…Bien au contraire il s’agit d’inciter à ne pas hésiter à demander aide et conseils auprès de ces professionnels de santé. Ce n’est pas non plus une liste exhaustive et j’aimerais beaucoup que des patientes et des professionnels viennent compléter  (ou même l’inverse !!) cette liste.

Pour finir, dernier conseil, avant de partir :

  • N’hésitez surtout pas à demander des informations à votre pharmacien lors de la délivrance de votre traitement contre les nausées et vomissements. Notamment sur les effets secondaires possibles. Il pourra vous conseiller pour lutter contre ces effets et ainsi mieux vivre votre traitement. Cet entretien pourra être l’occasion de faire le point sur votre ressenti du point de vue nausées/vomissements, sur l’appétit, etc …Le pharmacien pourra alors vous conseiller voire vous orienter vers une consultation médicale.

L’acupuncture dans tout ça ?

Pour être tout à fait honnête, je ne connais pas beaucoup la méthode et les résultats de cette médecine alternative dans ce cas précis. Je n’ai en effet pas encore rencontré de patiente ayant eu recours à cette technique donc je n’ai pas de retour. Mais ce que je sais c’est que cette méthode comporte très peu et de très rares effets indésirables. De plus, l’AFSOS (Association Française pour les Soins Oncologiques de Support) plébiscite l’utilisation de l’acupuncture dans l’un de ses référentiels et la présente comme  contribuant à lutter efficacement contre les nausées et vomissements chimio-induits à n’importe quel moment de la chimiothérapie. Bien sûr, l’AFSOS rappelle que l’acupuncture ne peut que COMPLETER  les traitements médicamenteux et les mesures hygiéno-diététiques sans se substituer à eux.

Donc pourquoi ne pas recueillir l’avis de son médecin traitant ou de son oncologue ? Après quoi, vous pouvez également demander l’avis de votre pharmacien qui a peut-être déjà eu des retours de patientes très positifs sur cette méthode et peut vous en faire part ; ce qui peut vous aider à prendre votre décision.

Voilà, j’espère que cet article n’est pas trop long ou trop pénible à lire. Comme toujours j’attends et espère vos réactions, vos propres conseils  et expériences que vous soyez patientes, professionnels de santé ou encore aidant/accompagnant.

A très vite pour un nouvel article !

Conseils pour l’hygiène buccodentaire pendant les traitements du cancer du sein, partie 2

Coucou tout le monde,

J’espère que tout le monde passe un très bon dimanche ! Pour moi c’est repos repos repos car j’ai travaillé hier et j’enchaîne la semaine suivante du lundi au samedi. Mais je viens quand même poster un article, c’est  pas du travail mais un plaisir plutôt ! Je me suis rendue que ça fait déjà un moment que j’ai posté un premier article sur l’hygiène bucco-dentaire pendant les traitements et que j’ai toujours pas mis la deuxième partie donc là voici !

Alors, la première partie concernait l’hygiène buccodentaire en cas de bouche saine et propre. Cette partie là concerne les bouches saines mais pas propres, c’est-à-dire définies en tant que tel par le chirurgien lors de la consultation avant chimiothérapie. Cette consultation est bien sûr obligatoire, c’est là que le dentiste procède à des soins si nécessaire et effectue des recommandations adaptées et propres à chaque patiente pour toutes la durée de la chimiothérapie, de la radiothérapie et après la fin des traitements. Ces conseils ne substituent donc en aucun cas aux recommandations du professionnel de santé consulté mais peuvent s’ajouter à ces conseils et prescriptions si le pharmacien qui délivre l’ordonnance ou à qui on demande conseil le juge utile.

Dans ce cas-là il faut d’abord bien sûr réitérer les conseils évoqués dans la partie précédente car il s’agit de soins qui doivent être pratiqués de manière systématique. On complétera ces recommandations avec les conseils suivants :

– Effectuez en plus un bain de bouche antiseptique sans alcool, ni chlorehexidine après chaque repas. On pourra par exemple conseiller les bains de bouche Méridol® qui n’en contiennent pas. Cependant il est très fréquent que le dentiste ait prescrit ou conseillé un bain de bouche particulier.

– Mâchez régulièrement des gommes sans sucre et sucer des glaçons ou de la glace pilée pour stimuler la salivation. Choisissez quelque chose qui vous fait plaisir !

– Si les lèvres sont fragilisées et asséchées, appliquez tous les jours de la vaseline ou du beurre de cacao sur des lèvres préalablement nettoyées avec du sérum physiologique.

– Appliquez de la gelée de Lansoyl® (paraffine utilisée principalement pour traiter la constipation) ou un gel humectant buccal (Bioxtra® par exemple) sur la langue si une croûte s’y est formée. Cela permettra de la ramollir.

–  Le spray AEQUAYSAL® est un lubrifiant protecteur composé de triesters de glycérol oxydés, il est très utile en cas de bouche très sèche lorsque l’on ne « fabrique  » pas assez de salive.  Appliquez une pulvérisation à l’intérieur de chaque joue 3 à 4 fois par jour et d’appliquer ensuite le produit avec la langue sur les zones enflammées.

– Utilisez des bâtonnets glycérinés pour hydrater et lubrifier la bouche, les gencives et les lèvres. On peut trouver ces bâtonnets neutres ou aromatisés. Il s’agit en fait d’applicateurs en coton imprégnés de glycérine à badigeonner.

– Faites fondre un comprimé de vitamine C effervescente sur la langue, trois jours de suite pour ses propriétés antiseptiques ou faire un bain de bouche avec le comprimé dissout dans l’eau.

 

Voilà pour les conseils, comme toujours j’espère que d’autres viendront apporter leurs conseils et expériences ! N’hésitez pas à me laisser vos avis en commentaires ! Je reviens très rapidement, dans l’après-midi peut-être, pour un autre article sur un sujet complètement différent.

A très bientôt !

Cancer du sein : prendre soin de ses cheveux

Coucou tout le monde !

Je reviens avec un nouvel article traitant du soin des cheveux pendant et après la chimiothérapie. N’hésitez pas à partager vos astuces car bien sûr comme toujours ce n’est en aucun cas un article exhaustif. Rappelez-vous qu’aucun article du web ne pourrait et ne saurait remplacer les conseils du médecin, du pharmacien et de tous les professionnels de santé. Allez assez parlé, place à l’article :

Pendant la chimiothérapie :

– Lavez-vous les cheveux avant la chimiothérapie puis ne vous les lavez pas pendant 3 à 8 jours après la séance.

– Ne vous brossez pas les cheveux le matin de la chimiothérapie.

– De manière générale, évitez de vous laver les cheveux trop fréquemment : un à

deux lavages par semaine suffit.

– N’utilisez pas trop de shampoing : une noisette suffit et utilisez un shampoing doux, selon les pharmacies il y a de nombreuses marques différentes mais n’utilisez jamais de shampoing pour bébé qui graisse le cheveu.

– Utilisez une brosse à cheveux à poils très souple.

– Evitez les traitements agressifs : lissages, permanentes, défrisages, brushings, fer à lisser, bigoudis, mèches et colorations,etc…

– Ne pas faire de chignons serrés et de nattes qui  » cassent » et fragilisent le cheveu.

– Si le crâne est rasé, appliquez tous les jours une crème hydratante pour peaux sensibles.

– Protégez vos cheveux du soleil : foulards, chapeaux, huiles capillaires  protectrices UVA et UVB, crème solaire,…

 

Après la chimiothérapie

Après la fin des traitements de chimiothérapie les cheveux repoussent à leur rythme, environ 1 cm par mois. La repousse peut parfois s’accompagner de quelques rares démangeaisons et les cheveux peuvent être, le plus souvent momentanément, différents en terme de couleur et de texture. Certains traitements comme l’hormonothérapie peuvent ralentir la pousse des cheveux.

Il vaut mieux même pendant la repousse et pendant quelques mois encore éviter les traitements agressifs cités plus haut et continuer à utiliser un shampoing doux.

Pour les cils et les sourcils, pourquoi ne pas bénéficier des conseils et des soins d’une socioesthéticienne dont beaucoup de services d’oncologie sont dotés ? Il y a aussi des ateliers de maquillage très bien faits dans les centres de cure thermale comme Avène et La Roche Posay.

Quelques mois après l’arrêt de la chimiothérapie et seulement après avoir demander l’autorisation de son oncologue on peut envisager une petite cure de levure de bière pour renforcer ses cheveux. La levure de bière est un champignon microscopique qui participe à la fermentation de la bière. Elle est très riche en acides aminés, en protéines et en vitamines B mais aussi en minéraux comme le fer, le phosphore, et le potassium. Elle redonne de l’éclat à la peau, consolide les ongles, et renforce les cheveux. Demandez conseil à votre pharmacien pour savoir quand et comment la prendre si et seulement si bien sûr comme je l’ai dit votre oncologue est d’accord et encore une fois bien après la fin de la chimiothérapie.

Voilà les filles pour ce que je pouvais dire sur le sujet. Comme toujours j’espère que d’autres viendront contribuer en commentaires ! J’espère que vous avez passé un bon week-end qui se termine déjà !

A très vite pour un nouvel article !

Conseils pour l’hygiène bucco-dentaire pendant les traitements du cancer du sein, partie 1

L'hygiène bucco-dentaire

L’hygiène bucco-dentaire

Coucou tout le monde !

Après une petite absence (et je m’en excuse ), je reviens pour un nouvel article concernant les soins et les conseils pour préserver sa santé bucco-dentaire pendant les traitements et en particulier pour la chimiothérapie !

Avant tout chose, il est important de préciser qu’avant de débuter une chimiothérapie et pour toutes les patientes, un bilan bucco-dentaire est indispensable et doit être pratiqué systématiquement. Le pharmacien pourra donc expliquer à sa patiente la nécessité de s’y astreindre avant de débuter la première cure.

A l’occasion de ce rendez-vous, le chirurgien-dentiste s’assure de l’absence de foyers infectieux dans la bouche ou les traite s’il y a lieu. Il peut également informer la patiente des effets secondaire des traitements sur la santé bucco-dentaire et la rassurer quant au caractère réversible de ces derniers. Le détartrage avant  la chimiothérapie est conseillé, il peut être précédé ou non d’un bilan sanguin en concertation avec l’oncologue. Ce rendez-vous est, en général, également l’occasion d’évoquer les soins bucco-dentaires à pratiquer avant et après la chimiothérapie. Ce suivi doit se poursuivre même après les traitements par un bilan tous les 6 à 12 mois en fonction du contexte clinique bucco-dentaire et selon l’évaluation du praticien.

Les conseils qui suivent s’appliquent uniquement si la bouche est qualifiée de saine et propre à l’issue de ce premier bilan car sinon l’article serait trop long, je posterai d’autres billets pour les autres cas, comme ça ce sera moins pénible à lire !

Sur une bouche saine, en l’absence de pathologies, on conseillera d’effectuer des soins rigoureux d’hygiène tout au long des cures de chimiothérapie :

– Il faut bien sûr se brosser les dents après chaque repas, pendant au moins trois minutes et de préférence avec une brosse à poils souples ou médium. Il est préférable d’utiliser un dentifrice sans menthol.

– Il faut boire fréquemment des boissons fraîches et pétillantes à choisir selon ses goûts personnels. Il faut également consommer le plus régulièrement possible des fruits, des sorbets et même des bonbons acidulés (sans sucre de préférence).

– Après chaque repas, on recommande d’effectuer un bain de bouche alcalin au bicarbonate de sodium préparé de la manière suivante : dissoudre une cuillère à café de poudre de bicarbonate de sodium dans un verre d’eau. On peut également utiliser directement des solutions de bicarbonate de sodium à 1.4 %. Le bicarbonate de sodium possède de nombreuses propriétés qui expliquent son utilisation pour les soins de la bouche : il dissout le mucus, neutralise les bactéries, lubrifie les muqueuses et possède des propriétés antifongiques. De plus, il permet d’alcaliniser le milieu, le rendant ainsi défavorable au développement des mycoses buccales.

– Attention à ne pas utiliser de bains de bouche sans l’avis de son médecin ou de son dentiste, surtout si la bouche est saine et propre. En effet, certains bains de bouches notamment ceux contenant de la chlorhexidine ou de l’alcool sont contre-indiqués pendant les traitements. L’avis d’un professionnel de santé est donc indispensable !

– ne pas hésiter à se vaporiser aussi fréquemment qu’on le souhaite de l’eau minérale dans la bouche afin de l’humidifier. On peut en trouver dans toutes les pharmacies comme par exemple les eaux thermales de La Roche Posay ou encore Avène. Ces eaux ont de nombreuses propriétés naturelles et bienfaitrices mais on peut également en trouver dans les grandes et moyennes surfaces.

– pour finir, n’oublions de conseiller de consulter très régulièrement son chirurgien-dentiste pendant et après les traitements.

Voilà, pour la première partie des conseils concernant l’hygiène bucco-dentaire. N’hésitez pas à partager vos conseils et expériences et à réagir !

Bien à vous et à très vite pour un nouvel article !

Le pharmacien et le cancer du sein : soin des ongles sous chimiothérapie

Bonjour tout le monde !

Vous connaissez maintenant mon intérêt pour la lutte contre le cancer et en particulier le cancer du sein ; peut-être parce que je me sens concernée, en fait on l’est toutes. Sinon consultez la page que j’ai faite à ce sujet ici : ma cause.

Aujourd’hui j’ai voulu parler des conseils que nous, officinaux, pouvons donner aux femmes qui cherchent des solutions pour protéger leurs ongles des effets néfastes de la chimiothérapie. Mais aussi pour les fortifier et en prendre soin pendant cette épreuve. En effet, les effets délétères des chimiothérapies sur les ongles ne sont en général pas douloureux mais très inesthétiques et parfois gênants pour la préhension. Ces effets sont réversibles mais persistent pendant toute la durée du traitement et jusqu’à quelques semaines après l’arrêt de ces derniers. Les ongles peuvent être dépigmentés (stries noires), gondolés, fissurés et peuvent finir par tomber. Les molécules les plus souvent en cause dans sont les taxanes (docétaxel et paclitaxel), les anti-métabolites (fluorouracile et capécitabine) et les anthracyclines (dauxorubicine et épirubicine).

Alors voilà les conseils auxquels j’ai pensé :

  • Porter des gants pour tous les travaux du quotidien : ménage, jardin, vaisselle,…
  • S’hydrater les mains et les pieds tous les jours avec une crème hydratante pour les mains et les ongles.
  • Bien sécher ses ongles après chaque lavage sans les laver trop souvent.
  • Porter des gants pour se protéger du froid en hiver et des chaussures confortables et pas trop serrées.
  • La veille ou le jour de la séance, on pourra conseiller le schéma de soins suivant, à base de trois vernis commercialisés par le laboratoire La Roche Posay et disponibles en officine :
  • Deux premières couches de vernis au silicium qui constitue la base : Pastel Care®.
  • Deux couches de vernis foncé qui isolent l’ongle de la lumière du jour et évitent ainsi qu’il se fragilise : Silicium Color Care®.
  • Une dernière couche pour protéger l’ensemble des vernis et éviter qu’ils ne s’écaillent : Silicium Top Coat ®.

On proposera à la patiente un dissolvant doux sans acétone à utiliser si le vernis s’écaille. Dans ce cas-là il faudra enlever délicatement avec un coton toutes les couches puis recommencer l’application. Le vernis est à changer tous les 8 jours et ce jusqu’au début de la radiothérapie.

On pourra également conseiller un autre vernis protecteur : l’Evonail® à base d’oligo-éléments comme le lithium, le strontium et le manganèse. C’est en fait un film à appliquer sur deux couches uniquement, une fois par jour pendant la chimiothérapie et jusqu’à trois mois après son arrêt. Pour retirer le film et nettoyer les ongles on conseillera l’utilisation de la solution Evoskin® à diluer dans un peu d’eau, une à deux fois par semaine.

On donnera également les conseils suivants :

  • Appliquer deux fois par jour la crème AVIBON®, à base de vitamine A, sur la matrice de l’ongle pendant toute la durée du traitement.
  • En cas de fissures, on pourra conseiller l’application d’une crème réparatrice antibactérienne comme le Cicalfate® (Avène) ou le Cicaplast Baume B5  (LRP).
  • Les compléments alimentaires pour fortifier les ongles ne seront pas utilisés sans avis de l’oncologue.

Devant toute trace d’infection comme une suppuration, contactez son médecin traitant qui pourra, éventuellement, prescrire une antibiothérapie adaptée.

Voilà, ce sont mes conseils et bien sûr cette liste n’est pas exhaustive. Quels sont les vôtres ? Que conseilleriez-vous ? Avez-vous d’autres conseils ou astuces ? N’hésitez pas à partager et réagir en commentaires ! J’attends vos réactions !
J’espère sincèrement que cet article pourra aider des patientes, des femmes qui cherchent des conseils pour la chimio et que d’autres viendront enrichir le contenu pour qu’elles puissent en bénéficier. C’est le plus important !

Bien à vous et à très vite !

Liens : 

Vernis Silicium Color Care La Roche Posay  (LRP)
Vernis Silicium Pastel Care LRP
Vernis Silicium Top Coat LRP
Evonail/Evoskin