Conseils pour l’hygiène bucco-dentaire pendant les traitements du cancer du sein, partie 1

L'hygiène bucco-dentaire

L’hygiène bucco-dentaire

Coucou tout le monde !

Après une petite absence (et je m’en excuse ), je reviens pour un nouvel article concernant les soins et les conseils pour préserver sa santé bucco-dentaire pendant les traitements et en particulier pour la chimiothérapie !

Avant tout chose, il est important de préciser qu’avant de débuter une chimiothérapie et pour toutes les patientes, un bilan bucco-dentaire est indispensable et doit être pratiqué systématiquement. Le pharmacien pourra donc expliquer à sa patiente la nécessité de s’y astreindre avant de débuter la première cure.

A l’occasion de ce rendez-vous, le chirurgien-dentiste s’assure de l’absence de foyers infectieux dans la bouche ou les traite s’il y a lieu. Il peut également informer la patiente des effets secondaire des traitements sur la santé bucco-dentaire et la rassurer quant au caractère réversible de ces derniers. Le détartrage avant  la chimiothérapie est conseillé, il peut être précédé ou non d’un bilan sanguin en concertation avec l’oncologue. Ce rendez-vous est, en général, également l’occasion d’évoquer les soins bucco-dentaires à pratiquer avant et après la chimiothérapie. Ce suivi doit se poursuivre même après les traitements par un bilan tous les 6 à 12 mois en fonction du contexte clinique bucco-dentaire et selon l’évaluation du praticien.

Les conseils qui suivent s’appliquent uniquement si la bouche est qualifiée de saine et propre à l’issue de ce premier bilan car sinon l’article serait trop long, je posterai d’autres billets pour les autres cas, comme ça ce sera moins pénible à lire !

Sur une bouche saine, en l’absence de pathologies, on conseillera d’effectuer des soins rigoureux d’hygiène tout au long des cures de chimiothérapie :

– Il faut bien sûr se brosser les dents après chaque repas, pendant au moins trois minutes et de préférence avec une brosse à poils souples ou médium. Il est préférable d’utiliser un dentifrice sans menthol.

– Il faut boire fréquemment des boissons fraîches et pétillantes à choisir selon ses goûts personnels. Il faut également consommer le plus régulièrement possible des fruits, des sorbets et même des bonbons acidulés (sans sucre de préférence).

– Après chaque repas, on recommande d’effectuer un bain de bouche alcalin au bicarbonate de sodium préparé de la manière suivante : dissoudre une cuillère à café de poudre de bicarbonate de sodium dans un verre d’eau. On peut également utiliser directement des solutions de bicarbonate de sodium à 1.4 %. Le bicarbonate de sodium possède de nombreuses propriétés qui expliquent son utilisation pour les soins de la bouche : il dissout le mucus, neutralise les bactéries, lubrifie les muqueuses et possède des propriétés antifongiques. De plus, il permet d’alcaliniser le milieu, le rendant ainsi défavorable au développement des mycoses buccales.

– Attention à ne pas utiliser de bains de bouche sans l’avis de son médecin ou de son dentiste, surtout si la bouche est saine et propre. En effet, certains bains de bouches notamment ceux contenant de la chlorhexidine ou de l’alcool sont contre-indiqués pendant les traitements. L’avis d’un professionnel de santé est donc indispensable !

– ne pas hésiter à se vaporiser aussi fréquemment qu’on le souhaite de l’eau minérale dans la bouche afin de l’humidifier. On peut en trouver dans toutes les pharmacies comme par exemple les eaux thermales de La Roche Posay ou encore Avène. Ces eaux ont de nombreuses propriétés naturelles et bienfaitrices mais on peut également en trouver dans les grandes et moyennes surfaces.

– pour finir, n’oublions de conseiller de consulter très régulièrement son chirurgien-dentiste pendant et après les traitements.

Voilà, pour la première partie des conseils concernant l’hygiène bucco-dentaire. N’hésitez pas à partager vos conseils et expériences et à réagir !

Bien à vous et à très vite pour un nouvel article !

Le pharmacien et le cancer du sein : soin des ongles sous chimiothérapie

Bonjour tout le monde !

Vous connaissez maintenant mon intérêt pour la lutte contre le cancer et en particulier le cancer du sein ; peut-être parce que je me sens concernée, en fait on l’est toutes. Sinon consultez la page que j’ai faite à ce sujet ici : ma cause.

Aujourd’hui j’ai voulu parler des conseils que nous, officinaux, pouvons donner aux femmes qui cherchent des solutions pour protéger leurs ongles des effets néfastes de la chimiothérapie. Mais aussi pour les fortifier et en prendre soin pendant cette épreuve. En effet, les effets délétères des chimiothérapies sur les ongles ne sont en général pas douloureux mais très inesthétiques et parfois gênants pour la préhension. Ces effets sont réversibles mais persistent pendant toute la durée du traitement et jusqu’à quelques semaines après l’arrêt de ces derniers. Les ongles peuvent être dépigmentés (stries noires), gondolés, fissurés et peuvent finir par tomber. Les molécules les plus souvent en cause dans sont les taxanes (docétaxel et paclitaxel), les anti-métabolites (fluorouracile et capécitabine) et les anthracyclines (dauxorubicine et épirubicine).

Alors voilà les conseils auxquels j’ai pensé :

  • Porter des gants pour tous les travaux du quotidien : ménage, jardin, vaisselle,…
  • S’hydrater les mains et les pieds tous les jours avec une crème hydratante pour les mains et les ongles.
  • Bien sécher ses ongles après chaque lavage sans les laver trop souvent.
  • Porter des gants pour se protéger du froid en hiver et des chaussures confortables et pas trop serrées.
  • La veille ou le jour de la séance, on pourra conseiller le schéma de soins suivant, à base de trois vernis commercialisés par le laboratoire La Roche Posay et disponibles en officine :
  • Deux premières couches de vernis au silicium qui constitue la base : Pastel Care®.
  • Deux couches de vernis foncé qui isolent l’ongle de la lumière du jour et évitent ainsi qu’il se fragilise : Silicium Color Care®.
  • Une dernière couche pour protéger l’ensemble des vernis et éviter qu’ils ne s’écaillent : Silicium Top Coat ®.

On proposera à la patiente un dissolvant doux sans acétone à utiliser si le vernis s’écaille. Dans ce cas-là il faudra enlever délicatement avec un coton toutes les couches puis recommencer l’application. Le vernis est à changer tous les 8 jours et ce jusqu’au début de la radiothérapie.

On pourra également conseiller un autre vernis protecteur : l’Evonail® à base d’oligo-éléments comme le lithium, le strontium et le manganèse. C’est en fait un film à appliquer sur deux couches uniquement, une fois par jour pendant la chimiothérapie et jusqu’à trois mois après son arrêt. Pour retirer le film et nettoyer les ongles on conseillera l’utilisation de la solution Evoskin® à diluer dans un peu d’eau, une à deux fois par semaine.

On donnera également les conseils suivants :

  • Appliquer deux fois par jour la crème AVIBON®, à base de vitamine A, sur la matrice de l’ongle pendant toute la durée du traitement.
  • En cas de fissures, on pourra conseiller l’application d’une crème réparatrice antibactérienne comme le Cicalfate® (Avène) ou le Cicaplast Baume B5  (LRP).
  • Les compléments alimentaires pour fortifier les ongles ne seront pas utilisés sans avis de l’oncologue.

Devant toute trace d’infection comme une suppuration, contactez son médecin traitant qui pourra, éventuellement, prescrire une antibiothérapie adaptée.

Voilà, ce sont mes conseils et bien sûr cette liste n’est pas exhaustive. Quels sont les vôtres ? Que conseilleriez-vous ? Avez-vous d’autres conseils ou astuces ? N’hésitez pas à partager et réagir en commentaires ! J’attends vos réactions !
J’espère sincèrement que cet article pourra aider des patientes, des femmes qui cherchent des conseils pour la chimio et que d’autres viendront enrichir le contenu pour qu’elles puissent en bénéficier. C’est le plus important !

Bien à vous et à très vite !

Liens : 

Vernis Silicium Color Care La Roche Posay  (LRP)
Vernis Silicium Pastel Care LRP
Vernis Silicium Top Coat LRP
Evonail/Evoskin