La pharmacienne en a parfois marre…d’être pharmacienne !

Coucou tout le monde !

Comme prévu je reviens avec un article que j’ai pas du tout préparé mais que je vais écrire avec l’inspi du moment. Ces temps-ci l’actualité de la pharmacie d’officine bouge beaucoup et agite les médias et les réseaux sociaux. Cela fait ressurgir dans ma tête quelques aspects de l’exercice officinal qui me fatiguent, qui m’épuisent, m’irritent et qui font qu’un jour je ne travaillerai plus en officine. Alors la pharmacienne, marre de quoi ?

Marre de devoir faire des « courbettes » sans arrêt y compris à des patients qui vont trop loin. Ils sont rares mais certains des fois nous manquent de respect, exigent l’impossible ou abusent du système. Prenons par exemple un patient qui exige qu’on le livre à tout heure de la journée parce que vous comprenez « moi je travaille, pas le temps de passer à la pharmacie ». Inutile de lui répéter à celui là qu’on est pas chez Darty, que les livraisons sont réservées aux patients alités qui ne peuvent se déplacer sinon « je change de pharmacie parce que celle que j’avais avant, elle au moins elle me livrait ». Un autre exemple, celui qui essaie de marchander sans arrêt des boites de Dexeryl ou de Voltarène en plus. Idem pour ceux qui manquent de respect, on doit bien-sûr tout de même leur venir en aide et répondre à leur demande dans tous les cas, ça c’est normal mais on ne peut pas se permettre de les recadrer ou de leur faire seulement remarquer que là ils vont un peu trop loin dans l’irrespect…Pareil il faut se taire et sortir son plus beau sourire-hypocrite parce que sinon, eh ben il ou elle va ailleurs.

Marre de ces personnes qui râlent parce que « chez vous il y a toujours du monde » et qu’il faut attendre son tour. Il vous le fait bien sentir en soufflant fort sans arrêt ou en s’approchant du comptoir au mépris des règles de confidentialité et du respect du patient que vous êtes en train de conseiller. Attendre dans la salle d’attente du médecin aucun problème mais chez le pharmacien, il manquerait plus que ça. Comme au McDo il faudrait servir vite, très vite tout en analysant l’ordonnance et en conseillant le patient en un temps record !

Marre de devoir accepter d’avancer tout et n’importe quoi y compris des antibiotiques quand le patient joue lui-même à l’apprenti médecin ou que le médecin lui a soit-disant dit de prendre ça au téléphone ! Où est notre rôle de pharmacien dans cet acte, oui ce rôle de prévention, de promotion de la santé publique et de bon usage du médicament ?

Marre de devoir « vendre » des produits cosmétiques comme Lierac, Caudalie et j’en passe qui à mon avis ont plus leur place en parfumerie qu’en officine ! Je ne suis pas formée pour être vendeuse, ce n’est pas le métier que je veux faire au quotidien. Alors oui ça m’horripile de devoir mettre en place des rayons, mettre en avant des produits, etc…C’est pas mon job et surtout ça m’intéresse pas du tout !

Marre des médecins qui lorsqu’on les appelle pour une interaction, une posologie, une contre-indication…bref qu’on fait notre boulot, nous prennent de haut : « je l’ai prescrit, non ? donc vous le délivrez !  » (je vous garantis que j’ai déjà eu ce type de réaction). Ils doivent vraiment nous penser complètement inutiles surtout devant leur omniscience et leur toute-puissance, on est juste là pour aller chercher les boîtes dans les tiroirs, juste ce geste mécanique ! Et pourtant, au pénal, la responsabilité médecin-pharmacien est bel et bien partagée la loi est claire c’est 50-50. A côté de ça, bien sûr et heureusement, il y a des médecins adorables avec qui c’est un plaisir de travailler. Je pense à une ou deux généralistes de mon quartier avec qui on est même devenues copines ! Elles nous remercient quand on a repéré quelque chose d’important, nous expliquent leur démarche quand ce n’est finalement pas le cas. Elles nous appellent quand elles savent que nous allons recevoir un de leur patient et qu’elles veulent qu’on insiste, nous aussi, sur un point pour renforcer leur discours ou pour des renseignements sur le patient (observance, compliance,…). Je pense aussi à ce cardiologue que j’appelle suite à un prescription qui m’accueille chaleureusement, qui me dit de ne pas hésiter à l’appeler et qu’en ce moment entre professionnels de santé il faut « qu’on se serre les coudes ».
Ce sont eux et l’interêt de ceux qu’on soigne qui nous motivent à pousser la collaboration interprofessionnelle qui est essentielle pour les patients. Mais il doit y avoir du respect mutuel et les conflits d’égo n’ont pas leur place dans ces discussions.

Enfin, voilà c’était un coup de gueule, en vrac comme ça me vient. Je continue car j’aime encore mon travail et surtout les patients dont beaucoup sont des habitués, avec qui je partage plein de choses, ils m’apprennent et m’apportent énormément au quotidien. Sans doute beaucoup plus qu’ils ne le pensent ! J’adore les aider, les conseiller, et leurs mercis toujours chaleureux suffisent pour le moment à effacer tous les autres aspects que je qualifie de « négatifs ».

Ce que je veux aussi ajouter c’est que tous ces aspects négatifs n’ont absolument rien à voir avec les titulaires qui sont eux aussi victimes de ceux que les politiques, au cours des années, ont fait de la pharmacie d’officine. Ils ne le font pas pour le plaisir mais aussi pour sauvegarder nos emplois. Ils sont contraints et je les comprends de veiller plus que jamais à la rentabilité de leur entreprise car le milieu de l’officine est devenu extrêmement concurrentiel, en ville en tout cas. Ceci les obligeant tout autant que nous salariés à se décentrer de leur mission principale et de l’essence même du pharmacien : le médicament.  C’est ce qu’on aime faire, ce pour quoi on est bons et ce pourquoi on est formé à la base. Mais entre la crème antirides miracle et le shampoing revitalisant l’opinion publique a tendance à l’oublier !

Merci de m’avoir lu ! A très vite !

5 réflexions sur “La pharmacienne en a parfois marre…d’être pharmacienne !

  1. C’est un plaisir de te lire La pharmacienne, et ton article transpire de vérités. Les pharmaciens sont bien trop souvent sous-estimés et leurs rôles bien mal connus des patients qui attendent d’eux ce qu’ils n’oseraient jamais demander à un médecin. Quant au partage des compétences entre médecins et pharmaciens afin de faire évoluer les progrès technologiques médicaux au bénéfice du patient, il est d’une évident mais hélas peu mis en pratique. Les raisons pour lesquelles la communication entre professionnels de santé sont bien sûr nombreuses: co-gestion de la thérapie médicamenteuse, diminution des risques de dossier incomplets… mais certains préfèrent les ignorer. Rappelons à nos chers médecins la clé d’une bonne communication et la fameuse règle des 3R ! respect mutuel, relations hiérarchiques et reconnaissances des compétences ! Merci La pharmacienne pour toutes ces publications qui nous sont très utiles et enrichissantes! Bon courage pour la suite et continue de nous faire part de toutes de tes infos fortes intéressantes.

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ce commentaire fort utile ! Merci d’être passée par là et d’avoir partagé ton opinion ! Je découvre la règle des trois R ! C’est sans aucun doute la base d’une bonne communication mais nous l’appliquons pas au quotidien ou du moins pas toujours ou pas autant qu’on ne le devrait ! Une relative bonne entente avec une inter-pro au top serait evidemment bénéfique pour les patients et ce en premier lieu je suis tout à fait d’accord.
      A très bientôt sur le blog et merci encore pour cette intervention judicieuse !

      J'aime

  2. moi aussi, j’en ai marre de faire des mises en avant et de devoir passer mon temps à faire des calculs de marge… et après, je délivre des boites de médocs sans même les connaitre… j’ai honte et peur de faire un jour une boulette…

    J'aime

    • Coucou Ahlapharma,
      oui je suis complètement d’accord on passe plus de temps à faire des prix, des rayons, mettre en avant les produits selon la saison, etc … et nous perdons l’essence même de notre métier : LE MEDICAMENT et je trouve que c’est de pire en pire. Nous vendons même des chaussures ! En prenant soin bien sûr de faire essayer chaque paire … comment peut on à côté bien faire notre travail de professionnel de santé. Désolée si mon constat est un peu amer mais je pense que tu le partages malheureusement. Plein de courage à toi et merci d’être passée par là !

      J'aime

  3. Pingback: La pharmacienne en a parfois marre…d’être pharmacienne ! | Pharmacie & Bien être

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s